CategoriesInformations sur le CBD

Cannabis médical & cancer gynécologique

Une étude américaine récemment publiée dans Gynecologic Oncology Report, révèle que 71% des 45 des patientes atteintes d’un cancer gynécologique se sont vues prescrire du cannabis médical pour gérer leurs symptômes et ont déclaré une amélioration d’au moins un symptôme.

En effet, les scientifiques ont examiné la formulation prescrite, les habitudes d’utilisation, la durée d’utilisation, le soulagement des symptômes et les effets secondaires, sur une période allant d’1 mois à 25 mois selon les participantes.

Ces patientes « souffrent généralement de nausées, de vomissements, de douleurs, d’anorexie et de fatigue liés à la thérapie dirigée contre le cancer ou à leur cancer lui-même, qui peuvent être traités avec du cannabis médical ou des cannabinoïdes synthétiques », écrivent les auteurs.

Plus précisément, l’étude note que 56% des patientes ont utilisé du cannabis pour la douleur, 47% pour les nausées/vomissements, 33% pour l’anorexie et 27% pour l’insomnie.

Comme 89% des patientes recevaient une chimiothérapie et que 56% suivaient un traitement primaire, plus de 70% d’entre elles ont signalé une amélioration des nausées/vomissements, contre 36% qui l’utilisaient pour soulager la douleur.

« Chez les patientes cancéreuses dont la douleur est mal contrôlée par des opioïdes, l’ajout de composés contenant du THC:CBD améliore les scores de douleur par rapport au placebo dans certaines études, mais pas toutes », notent les auteurs. Les effets secondaires des cannabinoïdes, qui peuvent inclure la somnolence, les étourdissements, la confusion et les nausées, doivent également être pris en compte, ajoutent-ils.

Cela dit, 71% des 41 patientes restantes dans l’étude au moment du dernier suivi ont déclaré que l’utilisation du cannabis avait amélioré au moins un de leurs symptômes.

Au-delà du soulagement des symptômes, l’étude a révélé des « effets secondaires minimes liés au traitement », puisque seulement 15% des patientes ont abandonné le cannabis en raison d’effets secondaires.

« Ces données peuvent s’avérer utiles pour conseiller les patientes atteintes d’un cancer gynécologique sur l’efficacité et les effets secondaires du cannabis à usage médical », écrivent les auteurs de l’étude. À la lumière de la prévalence de l’utilisation du cannabis chez les patientes atteintes de cancer, ils notent que « l’amélioration de l’éducation des patientes et des prestataires de soins pourrait contribuer à augmenter son utilisation pour la gestion des symptômes tout au long du continuum de la maladie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.